Comment surmonter la dépression en utilisant nos forces intérieures et en collaborant avec le corps?

Dernière mise à jour : 8 sept. 2020

Si vous pensez que la dépression est un trouble mental, quand une personne reste assise pendant des heures sans bouger, en regardant dans le vide ou ne trouve pas la force de se lever du lit, passe la majeure partie de la journée à pleurer sans cesse ou à penser au suicide, vous avez raison. Mais à moitié raison. C'est une forme grave de dépression lorsque la maladie mentale est "visible".


La situation est différente avec sa forme cachée (latente), très souvent chronique et non moins dangereuse. Une personne souffrant de cette forme de dépression parvient à la dissimuler assez bien et pendant longtemps. Les responsabilités et les circonstances nous obligent souvent à nier nos sentiments intérieurs. Et une faiblesse, une angoisse émotionnelle, un détachement de ce qui se passe, un manque de goût pour la vie sont souvent attribués à la fatigue physique ordinaire. Dans cet état, nous essayons de fonctionner comme d’habitude : nous travaillons, élevons des enfants, construisons des relations, interagissons avec la société, et de l'extérieur, nous donnons l'impression d’une personne absolument normale. Mais quelque part à l’intérieur, dans les moments de solitude, au fond du cœur, nous sentons que quelque chose ne va pas bien ... Et pour nous rassurer, nous nous plongeons dans les tâches quotidiennes pour ne pas remarquer notre état intérieur, en nous persuadant : « Ca va passer. Bientôt, ça ira mieux ... » Cette dépression cachée continue de s’installer et nous consume de l'intérieur.



Le critère principal de la vie normale et saine d’une personne est son sentiment de confort : "Je suis à l'aise, je me sens bien". Pour la plupart des gens, ce sentiment est absent et, en même temps, il n'y a pas de joie intérieure, de plénitude, de vivacité, ce qui ajoute de la vitalité à une personne. Cette condition se manifeste à la fois dans le corps et dans les activités quotidiennes : regard éteint, corps penché, bloqué, respiration non profonde, voix faible, mouvements limités, comportement trop réservé…


Alexandre Lowen écrit : "Une personne en dépression est en rupture avec la réalité, en particulier avec la réalité de son corps." En étant déprimée, une personne vit dans le passé, niant le présent. Lui-même elle ne réalise pas ce fait, d'ailleurs, en même temps que le passé, elle vit dans le futur, " qui n'est pas aussi réel à l'égard du présent que le passé lui-même. Si une personne dans son enfance a subi une perte ou un traumatisme qui a nui à son sentiment de sécurité et à son acceptation de soi, alors elle projettera le besoin de compenser en quelque sorte l'expérience douloureuse acquise dans le passé". Par exemple, si une personne était détestée ou rejetée dans son enfance, elle penserait alors à un avenir aussi prometteur, où elle sera aimée, acceptée et approuvée. "L'esprit, dans ses fantasmes et ses rêves, tente de remplacer une réalité inacceptable par une autre opposée, en créant des images qui magnifieront et rempliront l'ego de pouvoir." Si une partie importante de l’énergie d’une personne est concentrée sur telles images et tels rêves, elle perdra alors le contact avec la réalité réelle. Ces images représentent des objectifs irréalistes et leur mise en œuvre est en principe irréalisable.

La dépression est devenue très courante à notre époque. Et la raison en est que beaucoup de gens poursuivent des objectifs irréalistes qui ne sont pas directement liés aux besoins humains fondamentaux. Pensez à ce qui est vraiment important pour nous. Qu’est-ce qui rend les gens vifs et heureux ?

Une personne en bonne santé a trois besoins fondamentaux : l’AMOUR, l’AUTO-EXPRESSION et la LIBERTÉ.


Tout le monde veut aimer et sentir que son amour est accepté et, dans une certaine mesure, lui est rendu. Par l’amour, nous maintenons un lien avec le monde, nous nous exprimons, affirmons notre existence et notre personnalité. Les gens ne sont pas déprimés quand ils aiment. " Mais qu'en est-il de la souffrance d'un amour non partagé ? ", me demanderez-vous. C'est une dépendance. Il ne s'agit pas d'amour, ni même de liberté, ce qui est pourtant le plus important pour une personne.


L'homme veut être libre. Mais, parlant de liberté, ce n’est pas la liberté absolue que beaucoup essaient d’obtenir, mais la liberté d’expression, la liberté de régler et gérer leurs relations. La société nous impose certaines restrictions dans l’intérêt du contrôle et de la cohésion sociale. Ces restrictions ne peuvent être acceptées que si elles ne limitent pas le droit d’une personne à s’exprimer.


Outre les restrictions externes, il existe également des barrières internes souvent inconscientes. Un homme est beaucoup plus contraint par ces dernières que par des facteurs extérieurs et, dans cet état, il ne peut pas s'exprimer.


Comme vous pouvez le constater, l'expression de soi n'est pas possible sans un sentiment de liberté. Et nous en avons aussi besoin, car "cela met en valeur notre activité créatrice et constitue la source de notre plus grand plaisir". Chez une personne en dépression, l'expression de soi est très limitée voire bloquée. Pour beaucoup de gens, l'expression de soi ne se manifeste que dans leur travail, où les occasions d'exprimer leur créativité sont rares. Et « le Moi » s'efface quand les chemins de l'expression de soi sont fermés".


Une personne déprimée est limitée, contrainte par des barrières inconscientes, isolée de la réalité. Étant dans cet isolement, elle élabore des plans de libération, s’entoure de fantasmes de liberté et d’une vie meilleure. Au début, cela la soutient dans une certaine mesure, mais en réalité, elle s'éloigne de ce qui se passe réellement et perd la capacité de trouver ses ressources intérieures. Et puis, ses plans et rêves illusoires s’effondrent et elle voit la réalité sans fioritures, elle est déçue et se sent impuissante. "Poursuivant nos illusions, nous nous sommes fixés des objectifs irréalistes." A. Lowen


Détecter et comprendre vos limites intérieures, suivre les mécanismes qui vous dirigent vers des objectifs illusoires, revenir à la réalité et évaluer de manière sensée ce qui se passe, fixer des objectifs réels et réalistes qui répondent à nos principaux besoins : amour, expression de soi, liberté - tout cela vous évitera un sentiment d'impuissance et vous permettra de vivre vraiment, pleinement et sans dépression.

En collaborant avec votre corps, vous augmentez de moitié les chances d'une "guérison". Dans ma pratique, j'utilise une approche psycho-corporelle. Nous travaillons avec le client sur le niveau psychologique (à travers le coaching, l'art-thérapie, le psychodrame) et sur le niveau physique (yoga-massage et théâtre spontané pour l'expression dynamique du corps).

Une telle approche intégrale donne des résultats étonnants.

Les rêves illusoires sont doux et séduisants, mais éclatent comme des bulles de savon et cèdent la place au désespoir. Est-ce suffisant pour vivre votre vraie vie ?


Venez, nous changerons votre vie ensemble. Venez à moi,même si vous êtes déjà allé voir des psychologues, des coachs et des praticiens de bien-être. Je vous promets des résultats réels: vous comprendrez enfin pourquoi cela vous arrive et commencerez pas à pas changer votre vie, je vous guiderais.


Bien à vous, Natalia SERVOLLE


#depression #SurmonterDepression #ConfianceEnSoi #RessourcesInterieurs #CoachingProfessionnel #BienEtre #fatigue #ManqueEnergie #ForceInterieur #Stress #Anxiété #Burnout

7 vues0 commentaire